Centre de recherche, de formation et d'intervention systémiques, et stratégiques. VIRAGES vous propose des formations à la thérapie stratégique brève.

QUELLE CERTIFICATION ?

Contactez-nous
BELGIQUE 2/201, rue de Bonne Espérance
1348 Louvain-La-Neuve

00 32 486 03 17 59

FRANCE 62, rue Tiquetonne
75002 Paris

00 33 677 13 11 75

formation-certifiante

La certification : 3 grandes questions  :

Quelle reconnaissance légale ? Quelle possibilité d’utilisation du titre de psychothérapeute ?

Quelles sont les proposition de VIRAGES face à la loi belge ?

Distinction entre les deux pratiques : psychothérapeute ou Praticien de la Relation d’aide ?

Quand puis-je ouvrir une consultation ?

Quand serai-je certifié VIRAGES ?

 

Quelle reconnaissance légale ? Quelle possibilité d’utilisation du titre de psychothérapeute ?

Aucune école de formation ne pouvait délivrer en France ou en Belgique de diplôme qualifiant en psychothérapie et l’accès au titre de psychothérapeute en France a été restreint ces dernières années aux psychologues, psychiatres et médecins généralistes ayant suivi une spécialisation tandis qu’il n’était pas encore protégé en Belgique.

 

En Belgique, le projet de loi est passé au Moniteur en mai 2014 ; le chapitre 3 concerne l’accès à la profession de psychothérapeute (copie accessible).

Il sera d’application en septembre 2016 et prévoit  que :

 Seuls peuvent exercer ou porter le titre de psychothérapeutes les personnes :

« a.       Ayant suivi au minimum un baccalauréat dans les sciences psycho-médico-sociales ou de l’éducation ;

b.      Ayant été formées à des notions de base de la psychologie (détaillées dans la proposition) ;

c.       Ayant suivi une formation spécifique dans l’un des courants thérapeutiques concernés (notamment systémique) de … minimum 500 heures ainsi qu’un stage clinique supervisé de … minimum 1600 heures,

 i.      Étant entendu que les organismes dispensant la formation spécifique devront obligatoirement être agréés

ii.      … Et qu’ils ne pourront accepter de dispenser cette formation spécifique à des candidats qui n’auraient pas préalablement suivi avec fruit les formations sous (a) et (b)… »

 

Quelles sont nos propositions concrètes  face à la nouvelle loi belge  ?

Bien évidemment, nous restons en première ligne pour faire partie des établissements de formation qui seront reconnus, même si actuellement aucun établissement ne peut encore assurer cette reconnaissance, car la Commission qui l’octroiera n’est pas encore constituée.

 

Après différents échanges avec des juristes et la participation à des groupes de discussion sur la nouvelle loi qui légifère le titre et la pratique de la psychothérapie, il semble que se dessinent deux types de parcours de formation possibles (en dehors du parcours de coach-entreprise que nous n’aborderons pas ici).

parcours psychothérapeute        Le premier conduira à porter le titre de Psychothérapeute et consistera à réunir les 3 niveaux de formation exigés : un Bac en psychologie, en sciences sociales, en sciences de l’éducation ou de la santé, ensuite si nécessaire une formation en psychopathologie pour ceux à qui le Bac n’a pas permis d’étudier l’ensemble des disciplines attendues et enfin, une formation de 4 années dans un organisme comme VIRAGES qui permet d’acquérir les 500 heures théoriques et les 1600 heures de stage supervisé.

Les personnes qui la termineront auraient donc le titre de Psychothérapeute en Thérapie Stratégique Brève et certification VIRAGES avec présence dans notre annuaire.      

 

D’autre part, nous proposons une alternative de formation  pour les personnes désireuses d’acquérir des

parcours prat Rel Aidecompétences dans la relation d’aide, afin de leur permettre de développer leur activité professionnelle et  proposer des services qui ne soient pas directement assimilés à la psychothérapie. Nous développerons un Annuaire et une certification VIRAGES les reprenant également ; nous proposons un titre de Praticien de la Relation d’Aide ou de Praticien de l’Intervention stratégique.

Ce parcours reprend pour une part le parcours de psychothérapeute car l’outil est le même ; ce sont les problématiques abordées qui divergeront en partie.

 

Il permettra à celui qui obtient ce titre d’exercer en guidance, coaching ou soutien des personnes en souffrance mais sans pathologie, une forme de « thérapie des bien-portants ».

 

L’idée est de permettre à ces praticiens d’utiliser l’outil de résolution de problème créé à Palo Alto par Paul Watzlavick et ses collègues, amélioré par les praticiens, psychologues, psychiatres et autres, durant les années qui ont suivi et enrichi des interactions avec les émotions et des stratégies qui y sont liées par l’équipe VIRAGES.

Quel que soit le parcours choisi, notre objectif prioritaire reste de vous proposer une formation de qualité qui permettra de se sentir outillé pour aider les patients ou les clients.

Le meilleur choix consiste donc à se lancer lorsque l’on se sent suffisamment aguerri et suivi. C’est à notre sens, plus sécurisant (pour les patients et les intervenants !) qu’un titre, quel qu’il soit.

Nous nous engageons donc à tout mettre en œuvre pour que vous vous sentiez suffisamment armés en sortant de la formation VIRAGES et à vous proposer des pistes d’amélioration, des supervisions et des modules complémentaires pour permettre une formation continue.

 

Distinction entre les deux pratiques : psychothérapeute ou Praticien de la Relation d’aide ?

La distinction principale avec les psychothérapeutes est donc dans les bénéficiaires de l’intervention. Les psychothérapeutes, comme l’indique le terme thérapeute d’ailleurs, ont pour objectif de « soigner » quelqu’un qui souffre d’une pathologie, alors qu’une guidance, un soutien peut permettre à une personne qui souffre d’une difficulté, d’une épreuve de vie d’être accompagnée pour en souffrir moins.

On ne peut effectivement pas dire que toute personne en souffrance soit malade ! Une mère qui a perdu son enfant, un couple en conflit continuel, une femme qui hésite entre deux hommes, un enfant bouc émissaire de sa classe…

Soigner et accompagner sont deux métiers différents et les bénéficiaires différents sont pour les uns des patients (porteur d’une pathologie) et pour les autres, des clients.

Une seconde distinction intéressante est celle de l’outil et du métier : ce n’est pas parce qu’on sait utiliser un stéthoscope que l’on est médecin, mais cela peut permettre une aide à certaines personnes. L’outil stratégique enseigné chez VIRAGES pourra être développé au service des personnes souhaitant en faire la base de leurs entretiens psychothérapeutiques, mais également pour ceux qui veulent en acquérir une maîtrise suffisante pour accompagner leurs clients vers un mieux-être.

Il sera donc capital que l’intervenant non thérapeute soit capable de réorienter une personne dont la souffrance lui semblera relever de la pathologie.

L’idée étant qu’il travaille davantage en développement personnel pour permettre à la personne de s’améliorer et de surmonter des épreuves ponctuelles plus ou moins lourdes de la vie.

La complémentarité des métiers, le développement de réseaux pluridisciplinaires, les co-interventions comme nous pouvons déjà en avoir avec un psychiatre ou un médecin généraliste auront tout leur sens et représentent une richesse supplémentaire. Le fait que les modules de formation permettent des rencontres sera une occasion supplémentaire de développer des synergies.

La loi entrera en vigueur le 1er septembre 2016, mais est d’application depuis sa parution au Moniteur Belge en mai 2014.

Pour les personnes exerçant déjà, il sera nécessaire de faire valider leur demande d’agréation par le Conseil Fédéral.

Il est clair que la frontière entre les champs sera mince. Quelqu’un qui est en deuil, est-il malade ? Souffre-t-il de dépression ? Il restera donc des flous qui seront progressivement définis, entre autres, par la Jurisprudence.

 

D’un point de vue épistémologique, une réflexion importante s’impose : il reste difficile pour un intervenant VIRAGES qui travaille avec une approche non normative d’adhérer à ce positionnement qui classifie les patients comme « malades ». Effectivement, notre approche non normative et non pathologisante nous conduit à considérer que tout comportement reste la meilleure manière de réagir qu’a trouvée la personne face à un contexte particulier. Ce qui est qualifié par d’autres approches (DSM…) de pathologique n’est pour nous que le résultat d’une interaction entre l’individu et le monde dans lequel il vit. La personne n’est donc pas malade, elle est prise dans un système qui fonctionne de manière dysfonctionnelle. C’est d’ailleurs sur cette interaction que nous centrons notre travail et c’est elle que nous cherchons à transformer pour permettre un fonctionnement plus confortable.

Notre modèle d’intervention ne relève donc pas au sens premier de la psychothérapie, vu que nous ne soignons pas le psychisme de personnes malades, nous bloquons des interactions dysfonctionnelles en travaillant avec la personne qui souffre le plus de cette interaction.

Au niveau philosophique, cette distinction rend difficile l’acceptation de cette loi, nous aurions envie d’en sortir et de crier notre différence, mais au niveau pragmatique, on ne peut nier les informations qui nous viennent du monde, faute d’être capables de s’y adapter.

Nous avons donc la volonté de proposer, chez VIRAGES, trois parcours :

 

Quand puis-je ouvrir une consultation ?

C’est la problématique qui se pose à une majorité d’étudiants en thérapie. Pour répondre à cette légitime question, nous avons conçu notre programme de formation de façon à ce que vous puissiez vous recommander de VIRAGES à la fin du parcours et faire partie en Belgique et en France des thérapeutes que nous prescrivons via notre annuaire, entre autres.

Pour ce faire, le programme comporte assez rapidement une phase d’évaluation de vos aptitudes en tant que praticien, puisque dès la fin de la formation de base (initiation et exploration), vos points forts et axes de progrès sont formalisés de manière individuelle et vos formateurs vous engagent à approfondir certains points le cas échéant avant de vous lancer dans les modules d’approfondissement.

Cette évaluation de base qui est proposée après minimum 25 jours de formation consiste en :

  • un entretien avec un formateur qui nous permet de vérifier le niveau de compréhension de la logique et le niveau de connaissance des concepts de base
  • un jeu de rôle effectué en direct avec un formateur en observation qui permet de mesurer les compétences d’application du modèle.

Cette évaluation nous amènera à vous conseiller de vous lancer dans la pratique réelle ou à vous conseiller l’amélioration de certains points via des lecture ou des journées d’appropriation-observation qui permettent d’exercer la pratique avec un feedback direct.

 

Quand serai-je certifié VIRAGES ?

Suite à l’acquisition de ce diplôme de base en intervention stratégique, vous avez accès à toutes les formations d’approfondissement et ensuite à l’Immersion qui vous permet d’être certifié Thérapeute stratégique VIRAGES, ainsi que d’entrer effectivement dans l’annuaire des thérapeutes VIRAGES. Ceci aura lieu après au minimum 4 années de formation chez Virages ou dans un autre centre pour autant qu’il soit reconnu par VIRAGES, comme porte d’entrée pour l’un de nos modules.

Dès le moment où vous pratiquez l’intervention stratégique, VIRAGES met à votre disposition des thérapeutes expérimentés susceptibles de vous superviser pour affiner votre pratique et nous ne certifierons que les praticiens dont nous saurons garantir les compétences.

Par la suite, pour rester dans l’annuaire, nous demanderons aux praticiens de se faire superviser, de suivre deux jours de supervisions-jeux de rôle ou de suivre d’autres formations qui les intéressent parmi nos modules afin de se maintenir dans une formation continue.

 

 

Suivre notre actualité ? Inscrivez-vous à la newsletter >