Centre de recherche, de formation et d'intervention systémiques, et stratégiques. VIRAGES vous propose des formations à la thérapie stratégique brève.

Changer ou ne pas changer ? Voilà la question ! par Marina Blanchart

Contactez-nous
BELGIQUE 2/201, rue de Bonne Espérance
1348 Louvain-La-Neuve

00 32 486 03 17 59

FRANCE 62, rue Tiquetonne
75002 Paris

00 33 677 13 11 75

New Life, Old LifeChanger, c’est difficile, c’est une crise petite ou grande, c’est prendre des risques, alors qu’est-ce qui peut nous amener à vouloir un changement ?

Et pourtant, nous psychologues, psychothérapeutes, praticiens de la relation d’aide, nous sommes constamment face à des personnes en demande de changement : « Aidez moi à mettre des limites ! », « Pourriez vous transformer mon fils de 15 ans qui déteste l’école en jeune motivé ? », « J’ai des crises d’angoisse à l’idée de prendre l’avion cet été… », « notre couple est en grosse difficulté, il faut changer mon mari qui est trop absent ! »…

La souffrance est notre moteur ! Je souffre assez pour vouloir que ça change ! Ce n’est pas une toute petite souffrance, c’est trop pour moi ! Et le trop n’est pas le même pour chacun !

Bien évidemment, certaines personnes se plaignent simplement, cherchent une oreille attentive pour déverser tous leurs malheurs, pour « se déposer », mais chez nous, en thérapie stratégique brève, l’intervenant n’est pas un réceptacle ouvert et infini : parce que nous sommes des gens impatients peut-être, certainement plus que les thérapeutes, absolument nécessaires par ailleurs, qui écoutent les patients à la recherche de lieux d’accueil ou d’ouverture, parce que nous sommes formés ou « formatés » pour aider, accompagner le changement.

Pour le dire autrement, chez nous, le changement est premier, la compréhension vient de surcroit, principalement si on parle de compréhension de causes passées. Du coup, nous accueillons les demandes de changement des patients les bras ouverts et le risque est de plonger dedans en croyant qu’ils veulent vraiment changer… Freud disait : « Les patients tiennent souvent plus à leur névrose qu’à eux-mêmes. » Et une fois n’est pas coutume, je le rejoins sur le fait que souvent, même s’ils vous disent vouloir changer, la « crise », les risques, les inconfort du moment de changement, ils ne sont pas forcément prêts à les traverser. Je ne pense pas comme Freud qu’ils tiennent à leur problème, je les crois vraiment quand ils disent vouloir une solution et vouloir que le changement ait eu lieu, mais je pense qu’ils ont quelques difficultés à accepter le moment du changement, celui-là même où ils vont devoir « souffrir » peut-être même plus que ce qu’ils souffrent maintenant… Et là est toute la question : qu’est-ce qui est le plus difficile pour vous de rester comme vous êtes ou de mettre en place par des comportements différents, pas toujours simples, des comportements qui font peur, des comportements qui peuvent déranger l’entourage si bien habitué, par exemple, à pouvoir tout vous déléguer… ?

En fait, vouloir changer sans changement, c’est un peu comme cette jeune femme, qui me consulte, qui voudrait un enfant sans les douleurs de l’accouchement ou comme moi qui veut perdre des kilos sans arrêter le chocolat (je préfère les perdre en accouchant d’ailleurs !).

Il y effectivement comme un choix entre un coût à long terme (se priver d’être maman) ou un coût à court terme (l’inconnu des douleurs de l’accouchement).

Ensuite, certains changements représentent, au delà de la période de crise, une situation pire que celle de départ. L’homéostasie du système est évidemment remise en question par la construction d’un équilibre nouveau et cet équilibre peut ne pas convenir à tout le monde.

Une de mes patiente souffrait d’agoraphobie et ne sortait de chez elle que pour aller chez le psychiatre qui lui prescrivait un sympathique cocktail trop peu sucré à mon goût et pour venir me voir. Son si gentil mari la conduisait et faisait d’ailleurs toutes les courses pour elle et elle ne voyait plus personne d’autre… Progressivement, elle a recommencé à sortir, à recontacter des amies qu’elle avait lâchées avec la sensation d’être pesante, à refaire du shopping, à prendre le métro et le gentil mari a commencé à avoir peur de la perdre, à être jaloux, à lui envoyer des sms la mettant en garde contre les dangers du métro (bombe, agression…) et les conflits entre eux se sont développés jusqu’à une séparation… Alors que je lui disais qu’elle pouvait encore revenir en arrière et qu’il y avait deux chemins : celui de redevenir dépendante et probablement rassurante pour lui ou de continuer son évolution aux risques de perdre son mari, elle s’est clairement positionnée en disant qu’elle voulait avancer vers sa liberté retrouvée. Même si le prix à payer risquait d’être le couple.

Si cet exemple paraît évident, il ne l’est pas tant que ça. Nous voyons certains patients faire demi-tour quand le changement est trop difficile à tenir, quand l’entourage leur fait une remarque sur leur nouvelle attitude. Les nouvelles limites qu’un patient émergeant d’un burnout ose poser peuvent régulièrement être mises à mal par un entourage exigeant. Il faut un vrai travail d’accompagnement et de coaching pour que l’élément du système déstabilisant le système tienne son chemin de changement.

Alors comment mobiliser nos patients à changer ?

En thérapie stratégique brève, nous proposons à la personne d’anticiper les risques du changement afin de voir si effectivement, elle est prête à les traverser. Il est clair que, jamais, nous ne pouvons faire le tour des inconvénients réels, ce sont seulement les risques « anticipables » avant changement.

Nous prenons souvent le temps de leur présenter cette alternative entre garder la situation actuelle et ne rien changer, ce qui représente l’avantage du « connu », mais avec une certaine souffrance (sinon ils ne seraient pas devant moi) ou changer avec les risques immédiats (plus prévisibles ceux-là) de la crise et ceux de moyen terme quand le « passage aura eu lieu.

Si je prends l’exemple du patient qui vient consulter pour un burnout, épuisement lié au fait, chez lui, de ne mettre aucune limite à son investissement au travail. Il est important de lui montrer comment soit il poursuit son comportement généreux, mais coûteux vu son état, soit il change, mais évidemment, il va devoir accepter de décevoir, on risque de dire de lui qu’il n’est plus le même, qu’on ne peut plus compter sur lui comme avant…

Il est capital de pouvoir ainsi « freiner » le changement.

Si notre approche est souvent qualifiée à juste titre de paradoxale, c’est parce que nous abordons les choses sous un œil décalé et qu’étonnamment, c’est en freinant le changement que nous y amenons les patients ou pas, c’est en disant combien peut-être la situation actuelle n’est pas la pire, qu’ils défendent comment ils n’en peuvent plus et se motivent de l’intérieur pour se mobiliser pour un changement ultérieur ou qu’ils prennent conscience que la situation actuelle a finalement un prix moins élevé vu les risques.

Notre objectif n’est jamais de les manipuler pour les faire changer, mais bien de leur permettre de voir, sentir, peser le coût, les risques des deux possibilités : changer ou ne pas changer ? car en situation difficile, il peut paraître fabuleux de changer mais quand il faut agir pour le changement, c’est moins simple qu’il n’y paraît ! Mieux vaut en être conscient afin d’éviter une marche arrière synonyme d’échec… Il y a là un vrai choix !

Et il y a aussi ceux qui voudraient changer les autres ? Beaucoup consultent pour améliorer la motivation de leur ado, pour que leur mari soit plus présent, que leur patron soit plus respectueux…

La question à leur poser est celle des avantages du changement pour la personne concernée. Quels avantages aurait votre fille à regarder moins de séries sur internet ?

S’ils en trouvent, il faut encore regarder avec eux si ce sont de réels avantages pour cette personne… « Ma fille perdrait moins de temps… » Est-ce un de ces objectifs dans la vie de Julie, 16 ans, de gagner du temps plutôt que de regarder cette série passionnante ?

Par l’humour, par la logique, nous allons de nouveau être dans un mouvement de freinage… leur rappeler que pour que l’on change, on doit souffrir de la situation… leur demander qui souffre de cette situation… c’est vous, pour le moment, d’accord… Chercher aussi avec eux s’il existe un moyen de faire basculer l’inconfort… Une tâche thérapeutique qui est souvent prescrite au patient est celle du « sabotage bienveillant ».

Pour mettre l’autre dans l’inconfort et l’amener à bouger, la personne qui consulte va être amenée à lui glisser des conséquences au comportement non désiré qui soient logiques et inconfortables tout en restant en position basse afin de protéger la relation.

Une maman peut ainsi s’excuser auprès de son fils de ne pas avoir pu lui rendre tel ou tel service parce qu’elle est débordée par l’inquiétude pour sa scolarité, Milton Erickson éveillait ses enfant durant la nuit quand il était tracassé par un souci (lié à eux, bien évidemment…) en disant qu’il se demandait s’il n’avait pas une solution et qu’il fallait en parler immédiatement…

L’idée étant de faire changer l’inconfort de camp, car tant que l’on veut faire changer quelqu’un qui ne souffre pas, nos tentatives sont le plus souvent vouées à l’échec…

Comme nous le disons à nos patients, réfléchissez bien avant de changer, car on ne sait jamais ce qu’on trouve derrière la porte et déjà ouvrir la porte est un effort qui peut être extrêmement douloureux… et en même temps, quand ils découvrent l’autre côté avec ses bons et moins bons côtés, c’est un vrai… changement !

 

 

 

4 réponses à Changer ou ne pas changer ? Voilà la question ! par Marina Blanchart

  1. descamps dit :

    Merci pour ce très agréable article qui vient à point nommé dans ma pratique. Il me fait du bien
    Luc

  2. Vincent dit :

    La racine de notre travail!

    Merci Marina!

  3. Rosen dit :

    Merci Marina. Ce discours va m’aider à renforcer mon « non-vouloir » et donc mon efficacité.

  4. Gérimont Catherine dit :

    Très chouette article. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivre notre actualité ? Inscrivez-vous à la newsletter >