Centre de recherche, de formation et d'intervention systémiques, et stratégiques. VIRAGES vous propose des formations à la thérapie stratégique brève.

A propos de Dalai-Lama et de thérapie

Contactez-nous
BELGIQUE 2/201, rue de Bonne Espérance
1348 Louvain-La-Neuve

00 32 486 03 17 59

FRANCE 62, rue Tiquetonne
75002 Paris

00 33 677 13 11 75

Par Edward Storms

images

Il y avait assez bien de monde dans ce grand hall du palais 12 du Heysel ou une amie m’avait 
invité à écouter le Dalaï-Lama. Une femme est en position de méditation sur un escalier, une 
musique douce invite à la patience dans les files devant les stands de nourriture non 
spirituelle. 
Distraitement, j’ouvre un livre du saint lama sur un étal. Il y discute avec un congénère 
emprisonné 18 ans par les chinois :
L’autre Lama : « Il a failli m’arriver quelques chose de très grave, Dalaï-Lama ! » Ce dernier 
pense : torture ? maladie ? maltraitances graves ? et attend la réponse : « Dalaï-Lama, j’ai 
failli ne plus éprouver de compassion pour les gens qui m’emprisonnaient. »

Ce petit dialogue survolé d’un œil d’abord distrait me fait forte impression. Très tôt, le Tibet 
m’a fasciné. D’abord pour d’une manière qui me fait maintenant sourire, à la recherche de 
fantastique avec les histoires de Lobsang Rampa. Ce prétendu Lama révélant les secrets de 
pratiques magiques ancestrales s’est finalement révélé être un chômeur anglais ayant réussi un
canular littéraire retentissant. Puis plus sérieusement avec les récits d’Alexandra David-Neel 
qui parcouru un Tibet alors interdit (on est dans les années ’20), développant une pratique 
bouddhiste sous l’enseignements de maîtres et ermites.

Les images de moines violentés par les chinois lors des révoltes de 89 m’avaient donc 
bouleversé, me laissant avec un profond malaise à leur encontre. Réprouver, combattre ces 
chinois oppresseurs était une évidence. Eprouver de la compassion pour le flic chinois occupé 
à matraquer un moine sans défense ne m’avait pas traversé l’esprit.

Plus tôt dans l’année il y avait eu cette conférence à laquelle nous assistons, Marina et moi. 
Tania Singer présentait énergiquement certaines recherches faites dans le cadre du Mind and 
Life Institute. Il en ressort que l’empathie peut mener à une souffrance, une détresse 
psychique pourvoyeuse de burnout chez des personnes exposées à la souffrance d’autrui. 
Dans ce cas, ces individus se retrouvent « centrés sur eux-mêmes » et désireux d’échapper à 
cette situation relationnelle. L’autre attitude possible est la compassion, sentiment positif de 
reconnaissance de la souffrance d’autrui s’accompagnant d’une envie d’aider. Chacune de ces 
attitudes active des aires cérébrales bien distinctes.

L’intérêt est que cette attitude compassionnelle peut s’entraîner par des exercices méditatifs 
simples et courts, par exemple en éprouvant des sentiments positifs pour des personnes qui 
nous sont proches, puis de même pour d’autres personnes qui nous sont de plus en plus 
éloignées. On a remarqué que cette pratique de compassion modifie l’architecture cérébrale, 
mais aussi le système immunitaire et le sentiment de bienêtre général.
Certains en font même un nouveau courant psychothérapeutique au sein des Thérapies 
Cognitivo Comportementales : la Compassion Focused Therapy.

Pour ma part, il me semble redécouvrir fréquemment la puissance de cette attitude 
compassionnelle (et donc également l’oublier par moments), comme un peu plus tôt 
aujourd’hui. Une patiente occupée à se plaindre et se présenter en victime de divers 
bourreaux. Dès que je tente de la responsabiliser, elle me rétorque que je n’ai pas vraiment bien compris. Je sens cette pointe d’énervement qui commence à se faire sa place, de me sentir instrumentalisé. Je sens venir une attitude rejetante, accompagnée d’une fatigue. Cette 
fille est dans une situation difficile, avec de multiples intervenants qui s’occupent d’elle. Je verrais bien quoi lui proposer mais ne le fais pas, je retiens l’un ou l’autre recadrage qui ne 
seraient pas achetés, faute de client.

Puis je teste l’attitude compassionnelle et je me dis : Cette personne s’est enfermée dans sa 
manière de voir pour de bonnes raisons, ne peut en sortir également pour des raisons qu’elle 
juge bonnes. Le fait de ne pas se laisser aller à mes tentatives de l’aider à en sortir fait partie 
de sa souffrance. Peu importe qu’elle se laisse gagner par mes propositions maintenant, ou 
plus tard ou jamais. Son attitude me devient touchante, comme ce que je ressens face à un ado
qui vous explique qu’il sait comment résoudre les problèmes du monde. 
Et avec ces pensées survient un bienêtre en moi. Peut-être même ce bienêtre constituera-t-il le
message le plus puissant que je peux délivrer à cette personne aujourd’hui.

Puis cette autre patiente qui est suffisamment renseignée sur la thérapie brève que pour tenter 
de mettre à mal mon cadre d’intervention, volontiers plaintive et attendant un changement 
radical de sa vie pour lequel elle compte sur moi, le « spécialiste en changement ».

- Eh bien oui, je comprends que vous attendiez que la vie vous apporte ce qu’elle vous a
refusé jusqu’à présent. Mais cela n’aura pas lieu, car vous avez déjà tout essayé. 
Réfléchissons comment aménager votre vie si elle ne devait jamais changer…
Je suis déjà le quatrième thérapeute qu’elle vient voir. Cette annonce frustrante va-t-elle la 
pousser à chercher un cinquième, plus compétent ? J’aurais pu même en être soulagé qu’elle 
le fasse, pour ne plus être confronté à ces tentatives désespérées. Parce que je sais que ce que 
je lui annonce est profondément triste, mais qu’il est probablement inéluctable qu’elle s’y 
confronte. Il me semble percevoir à quel point cela lui est difficile. La lutte qui se déroule en 
elle me touche. Je suppose qu’elle l’a senti. Elle est restée et accepte d’être confrontée.

Il est aussi touchant ce petit homme dans sa toge rouge qui est monté sur l’estrade lors de 
cette journée au Heysel. Avec son mouchoir sur le crâne en guise de protection des lumières 
braquées sur lui et ce rire qui ponctue ses explications. Il tente de convaincre l’assemblée de 
son message : « laissez venir en vous la compassion pour tous les êtres.  Je ne vous demande 
pas de me croire, essayez ! C’est aussi à vous que vous faites du bien. »

3 réponses à A propos de Dalai-Lama et de thérapie

  1. BERKOWITZ Corinne dit :

    Bonjour Edward,
    Merci pour ce témoignage.
    (Je suis Corinne Berkowitz, coach, formée à l’IGB entre 2007 et 2012, j’ai d’ailleurs suivi un module, je ne sais plus lequel avec vous.)
    J’ai aimé l’éclairage sur l’empathie et ses risques inhérents en tant qu’intervenant et la « porte de sortie » (?) qui serait la compassion. Merci pour cette mise en perspective de ces deux notions, ainsi que le rappel de la nécessité de s’entraîner à la compassion (ils nous énervent des fois ces clients !!) ; je ne sais pas si vous l’abordez ainsi dans le module « miroir » proposé par Virages (j’avais pour ma part suivi celui de l’IGB « connaissance de soi »), mais je trouve qu’il y a un véritable enjeu dans la formation des intervenants à les « équiper » et les avertir des écueils qu’ils vont peut-être rencontrer sur leur route. (c’est quelque chose qui m’a manqué en tant que stagiaire) Et l’excès d’empathie à mon avis est bien souvent en première ligne parmi ces écueils ! Apprendre à l’anticiper, le repérer, pour pouvoir le nuancer avec la compassion me semble une belle piste concrète d’aide dans la pratique de coach.
    Merci encore et à bientôt peut-être.
    Le bonjour à toute l’équipe (et particulièrement à ceux que j’ai eu plaisir à rencontrer, Philippe, Pascale …)
    Corinne

    • marina dit :

      Bonjour Corinne,
      C’est tout-à-fait exact de rappeler cet écueil du « trop » d’empathie qui nous fait alors plonger avec notre client/patient dans ses tentatives de régulation et faire plus de la même chose de peur de l’amener à traverser le moment souvent difficile du changement…
      Merci de ce retour intéressant !
      Marina

    • Edward dit :

      Merci Corinne de souligner cet aspect : Sans la boussole du 180°, la compassion risque de faire tourner en rond!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivre notre actualité ? Inscrivez-vous à la newsletter >